Logo Tours2piste
S'abonner aux actualités Tours2piste

Mondial Paris 2010 live : Audi e-tron Spyder

Audi e-tron Spyder

Aux côtés de la réjouissante quattro Concept, Audi présentait sur son stand du Mondial le concept e-tron Spyder

Sportive biplace, elle reprend les nouveaux codes stylistiques de la marque, apparus sur la première e-tron et déployés depuis sur l’A1, l’A8 et l’A7 Sportback. Elle se caractérise néanmoins par des dimensions compactes, l’empattement et les porte-à-faux courts forgent son caractère résolument sportif. On notera les glaces latérales dépourvues d’encadrement et leurs lignes descendantes vers l’arrière forment une entité avec le pare-brise bombé et incliné comme à la manière d’un casque, très réussi ! Les clins d’œil à la compétition se retrouvent dans la prise d’air sur le capot ou la différence de matériaux marquée entre la carrosserie et le châssis. L’ensemble repose sur des roues de 20 pouces chaussant des pneumatiques en 245/30 à l’avant et 265/30 à l’arrière. L’habitacle se veut très épuré et centré sur le conducteur. Le combiné instrument est enchâssé dans un arc qui se prolonge latéralement jusque dans la garniture de portière. L’architecture hybride permet de minimiser le tunnel central et de dégager de la place.

L’allègement a été l’une des priorités des concepteurs. Sans surprise on retrouve la structure ASF (Audi Space Frame) en aluminium tandis que le capot et les appendices aérodynamiques sont en carbone. Le concept pèse ainsi 1450 kg et se trouve dans la bonne norme en dépit de sa motorisation. Permettons-nous de rappeler aux ingénieurs d’Ingolstadt, qu’outre le plaisir incomparable qu’offrent les moteurs essence, ceux-ci sont beaucoup plus légers que les mazout ! Le train avant fait appel à une double triangulation et le train arrière à des bras trapézoïdaux en aluminium forgés, une géométrie issue de la compétition. Le couple est géré entre les quatre roues par le système « torque vectoring », officiant comme le différentiel sport des véhicules de la gamme quattro, et en dernier recours, l’ESP intervient.

Troisième concept à porter le patronyme e-tron, ce spyder se démarque des ses aînés par sa chaine de propulsion. Ici plus question de pure électrique mais d’une architecture hybride. L’essieu arrière est mu par un V6 3.0 TDI biturbo – développant 300 ch (221 kW) et 650 Nm – implanté en position longitudinale et accouplé à une boite double embrayage piloté à sept rapports. Le moteur diesel est associé ici à deux moteurs asynchrones, installés sur le train avant, délivrant une puissance totale de 64 kW (88 ch) et un couple maximal de 352 Nm. En parlant de couple, celui-ci est réparti à 75% à l’arrière et à 25 % à l’avant. Les performances sont élevées pour cette catégorie de véhicule, le 0 à 100 km/h est abattu en 4,4 secondes tandis que la vitesse maximale est bridée à 250 km/h. La consommation et les émissions de CO2 sont faibles avec respectivement 2,2 L/100 km et 59 g/km. La batterie de 9,1 kWh permet à l’Audi de rouler également en mode tout électrique sur 50 km et à 60 km/h maximum.

Classé dans : Audi,Concept Cars,Electriques,Mondial de Paris 2010,Nouveautés
Eric le 3 octobre 2010

 Ajouter un commentaire